Publié par : allezlesfilles | 16 novembre 2012

Les filles ont toute leur place dans les universités de technologie


Depuis septembre dernier, je poursuis mes études à l’ Université de technologie de Compiègne (UTC). C’est aussi une école d’ingénieur, un pôle scientifique important de par la présence de nombreux laboratoires (comme celui de l’Heudiasyc), et une université comme les autres avec la possibilité de faire un master ou un doctorat.

dans un  labo de l'Université de technologie de Compiègne

dans un labo de l’Université de technologie de Compiègne

L’UTC forme des ingénieurs généralistes malgré les noms de branches (= parcours) qui paraissent assez spécifiques. Par exemple, je me situe dans la branche génie informatique mais je suis aussi amenée à faire de l’électronique, du traitement du signal, de l’automatique, des télécommunications, de la robotique, de l’intelligence artificielle et des systèmes réseaux. Le but de l’UTC est donc bien de former des personnes qui peuvent s’adapter et qui ne sont pas spécialisées dans un domaine trop précis. Cela permet d’avoir une culture plus diversifiée et plus large concernant le domaine technique auquel nous nous intéressons.

Une grande ouverture culturelle

Cette culture plus large s’explique également par les matières dites Techniques et Sciences de l’Homme (TSH) pour lesquelles sont proposés une centaine de cours. Parmi eux on compte, bien sûr, des cours de langues, d’économie, de marketing et de finance, mais aussi de philosophie, une initiation au métier de chercheur ou d’ingénieur, une initiation au droit, des cours sur l’Europe et ses institutions, des cours de communication, des cours d’architecture et de design, des cours sur les sciences du langage, des cours sur le théâtre, des cours de musique, des cours sur la gestion de projets, … Pour les seules langues, il y a près d’une vingtaine de choix possibles. Ces enseignements variés permettent ainsi à l’étudiant de s’ouvrir sur une culture moins technique mais tout aussi importante.

La particularité de l’UTC est le fait, pour un étudiant ou une étudiante, de pouvoir choisir ses matières pour le semestre. Basée sur un modèle anglo-saxon, cette manière de faire permet à l’élève une plus grande autonomie et un ciblage des matières ; cela est efficace si la personne a déjà une idée du métier qu’elle veut exercer  plus tard. Car pour choisir ses matières, il vaut mieux avoir une idée du domaine dans lequel on souhaite travailler par la suite. Par exemple, si, en informatique, j’ai l’idée de travailler dans les systèmes embarqués, je peux d’ores et déjà faire la liste des matières qui me seraient utiles et les choisir pour le semestre.

Des filières qui se féminisent…

L’UTC forme un nombre important d’ingénieures et 33% des diplômés en ingénierie sont des femmes.

En génie informatique, nous sommes 15% de filles, ce qui est, paraît-il, le plus haut score de la filière depuis près de 40 ans ! 15% sur quelques centaines d’élèves est tout de même bien peu et, savoir que 15% est le maximum atteint depuis quelques dizaines d’années, surprend aussi. Les autres filières technologiques et techniques, à l’exception de la filière génie biologique très féminisée, (génie des procédés, génie mécanique, génie des systèmes urbains, génie des systèmes mécaniques) se féminisent lentement.

…malgré la persistance des clichés dans la société

Certains clichés subsistent toujours vis-à-vis de certaines filières considérées, à tort, comme étant masculines et cela est bien dommage. On ne se salit pas les mains en mécanique, on ne reste pas 24h/24h devant un ordinateur en génie informatique, et j’en passe. Dans l’informatique, les métiers sont très variés et les domaines d’applications vont de l’électroménager, à l’aéronautique, en passant par le spatial, l’automobile, la téléphonie, la finance, la biologie, l’architecture, le dessin animé, le cinéma ou la photographie.

Les filles qui sont avec moi en génie informatique sortent majoritairement d’un DUT, comme le mien (DUT GEII) ou d’autres DUT (DUT MP), et sont habituées à une forte présence masculine autour d’elles. Cela ne les dérange donc plus. Pour certaines autres, ce n’était pas si facile au début de se retrouver seules parfois, dans une salle de TD, entourées seulement de garçons. Avec le temps, elles s’y sont pourtant habituées et ont fini par s’y plaire.

Les filles ont toute leur place dans les filières techniques et dans les universités de technologie ! N’hésitez pas à vous renseigner.

Chloe G.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :