Publié par : allezlesfilles | 5 novembre 2012

Quelle image de la recherche ?


Alors que se préparent les Assises de la recherche, quelles questions se posent les étudiants et étudiantes ? Quelles visions ont-elles et ont-ils de la recherche ? Au cours d’une table ronde collaborative organisée récemment par l’Oréal, des boursières l’Oréal et d’autres étudiantes ou de jeunes professionnelles ont pu échanger sur leurs parcours et sur leur vision de la recherche.

J’ai une mauvaise vision de la recherche indique Sabrina, diplômée d’une école d’ingénieur et admise en master 2 dans une excellente université britannique. J’entends dire que les chercheurs ne sont pas très bien payés, qu’il n’y a pas beaucoup d’argent dans les labos. Et j’ai peur aussi, si je poursuis avec un doctorat, que chez les ingénieurs on me trouve surdiplômée et que cela me nuise pour trouver un job dans l’industrie.

Veronica enseignante en informatique et chercheuse à l’ENSA de Cergy Pontoise, après un brillant cursus à l’Université Polytechnica à Bucarest, une année à Polytechnique en France, puis un doctorat en télécommunications, est passionnée par ce qu’elle fait : j’ai toujours su que j’aimais les maths et la physique ; mais il fallait lutter contre les stéréotypes sur les filles qui font des sciences dures. J’entendais dire qu’elles ne sont pas féminines.

Veronica voyage beaucoup. Ca lui plaît énormément d’avoir des collaborations avec des chercheurs à Athènes mais aussi avec des postdocs à Princeton ou ailleurs. Certes au début, dit-elle, on ne gagne pas un salaire énorme mais il progresse assez vite. La possibilité de ces échanges avec des chercheuses et chercheurs du monde entier la motive. Et ces voyages pour exercer le métier de chercheuse comptent tout autant que le salaire.

équipe de recherche

Une équipe de chercheuses et de chercheurs

Julie, jeune boursière l’Oréal comme Veronica,  a fait une thèse sur le cancer du sein après être sortie de AgroParistech . Elle aussi avait entendu des stéréotypes sur les chercheurs : ils sont malhabillés, ils sont lunatiques m’a-t-on dit dans ma famille. Une prof l’a découragée lui prédisant qu’elle ne réussirait pas mais elle a persisté. Tout ce que j’ai fait m’a intéressée déclare-t-elle. Et chaque année j’ai choisi quelque chose qui m’intéressait. Elle oppose sa passion pour les sciences – toute petite elle aimait la nature, les animaux- au parcours obligé de certains étudiants et étudiantes : aujourd’hui énormément de gens sont poussés dans une école de commerce et ils n’aiment pas.

C’est certain, il faut être passionné pour faire de la recherche. Toutes l’expriment avec bonheur.

   


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :