Publié par : allezlesfilles | 18 octobre 2012

Les jeunes femmes et le progrès? Une étude à l’occasion du quarantième anniversaire de l’entrée des femmes à Polytechnique


En 1972 l’Ecole polytechnique s’ouvre enfin à la mixité ! Et c’est une femme, Anne Chopinet Duthilleul, qui cette année là est reçue major au concours d’entrée.

Les filles étaient 7 en 1972, elles sont aujourd’hui 61 sur une promo de 400. C’est encore peu : 15%,  alors que dans les écoles publiques d’ingénieurs sous tutelle du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche elles représentaient, en 2011, 26,7% des effectifs.

A l’occasion de la célébration de cet anniversaire, le 16 octobre au Palais de la Découverte à Paris, les résultats d’une étude Ipsos sur les jeunes femmes et le progrès ont été présentés. 400 jeunes femmes de 18 à 25 ans et 400 mères de jeunes femmes de cette même tranche d’âge ont été interrogées. Quelle est leur vision du progrès ?

des étudiantes polytechniciennes de la promotion 2010. Photo : Jérémy Barande

Le progrès est une idée positive, quelle que soit la génération de femmes. 91% des jeunes femmes en ont une idée très positive ou plutôt positive (et 81% pour la génération de leurs mères) et 69% pensent que le progrès a une influence sur leur vie quotidienne.

Pour elles le progrès est étroitement lié aux sciences et aux technologies : les nouvelles technologies, la médecine, les connaissances scientifiques en général et l’accès à l’information. Bonne nouvelle : les chercheurs et les médecins sont plébiscités comme les acteurs les plus légitimes du progrès et 9 jeunes femmes sur 10 leurs font confiance.

Mais les jeunes femmes n’ont pas le sentiment de bénéficier de ce progrès dans leur vie quotidienne et le progrès scientifique est déconnecté du progrès social et économique.

Les attentes des jeunes femmes en matière de progrès portent majoritairement sur l’accès à l’emploi, la qualité de la vie, l’égalité des chances, là où elles jugent que le progrès a été faible dans le passé.

Et si 96% des jeunes femmes interrogées croient au progrès, seules 10% se croient motrices du progrès et 36% prêtes à s’impliquer personnellement.

Est-ce en raison de l’inquiétude par rapport à l’avenir du pays ? Parce que certains des acteurs institutionnels du progrès (journalistes, pouvoirs publics, patrons d’entreprises, politiques) les déçoivent ?

Pour faire progresser les choses dans la société, les jeunes femmes pensent qu’il faut premier lieu faut voter, avoir une éthique dans sa vie personnelle et professionnelle et faire circuler les informations autour de soi.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :