Publié par : isabrina13 | 1 juin 2012

« Est-ce bien raisonnable de priver la France de 50 % de ses talents ? » Journal des Grandes Ecoles


Si en Terminale S, l’équilibre filles/garçons est quasiment réalisé, le pourcentage de jeunes femmes en école d’ingénieurs est de 27 %. « Est-ce bien raisonnable de priver la France de 50 % de ses talents ? » s’interroge Claudie Haigneré.

Les bloggeuses d’Allez les filles ! Osez les sciences !

Les bloggeuses d’Allez les filles ! Osez les sciences !

Une question rhétorique, mais qui mérite toutefois d’être posée puisque, de toute évidence, aujourd’hui encore, les stéréotypes « aux garçons les sciences, aux filles la littérature » persistent.

Ainsi, les demoiselles sont surreprésentées dans les filières littéraires malgré leurs meilleurs résultats au bac Scientifique, et, comme le constate Sabine Fourcade, déléguée interministérielle aux droits des femmes et à l’égalité entre homme et femme, on observe une « concentration des femmes dans onze familles professionnelles sur plus de quatre-vingt au total alors que le dynamisme et la richesse de la société française supposeraient que les métiers soient tous mixtes ». La faute à qui ? Aux mondes éducatif, professionnel, symbolique, médiatique qui, parfois malgré eux, véhiculent des clichés. D’où la nécessité, par exemple, de faire un « travail important sur la représentation des métiers dans la littérature scolaire » remarque Sabine Fourcade, rappelant que dans certains établissements, on apprend encore à lire en déchiffrant « Papa lit, Maman coud ». 

Le langage également constitue un véritable vecteur de représentations : la féminisation des noms de fonctions représente ainsi, pour Sabine Fourcade, un premier pas vers davantage de parité et de mixité. « On a souvent dit que ce n’était qu’un gadget, mais pour des filles, aller vers des métiers qui ne sont pensés qu’au masculin, ce n’est pas facile ». Si ingénieure existe avec un « e », elles seront plus facilement enclines à se dire que cela les concerne tout autant que les hommes.

Et Claudie Haigneré de déclarer aux jeunes lauréates du Prix de la Vocation Scientifique et Technique des Filles : « Chacune d’entre vous doit pouvoir mener la carrière qui la passionne sans se dévaloriser, sans se décourager. » Et de fait, de nombreuses initiatives ont fleuri au cours des dix dernières années, qui cherchent à populariser l’idée qu’ingénieur au féminin est une réalité.

Claire Bouleau
Twitter @ClaireBouleau

Retrouvez l’article sur http://journaldesgrandesecoles.com/allez-les-filles-osez-les-sciences/


Responses

  1. Il faudrait que le gouvernement prenne en compte toutes ces remarques, que le système éducatif change et évolue comme les mentalités!


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :