Publié par : f.isabelle | 17 mai 2012

La parité à l’université, c’est pas gagné !


Que ce soit en tant qu’enseignante ou en tant qu’élève, les filles restent minoritaires à l’université. Même dans certaines filière ou la parité est en apparence respectée, on se rend compte que les femmes ont essentiellement des postes au bas de l’échelle !

 »C’est ce qu’on appelle «le plafond de verre»: expression qui désigne la difficulté des femmes à accéder à des postes à responsabilités alors qu’aucun frein formel ne les en empêche. Ce phénomène est encore plus visible au sein des disciplines dans lesquelles les enseignantes-chercheuses sont plus nombreuses que les enseignants-chercheurs. Exemple en sociologie, les femmes représentent 51,9% des enseignant.e.s-chercheur.e.s. Il s’agit, à priori, d’une discipline paritaire. Quand on étudie la répartition MC/PR on s’aperçoit que la parité a ses limites: les femmes représentent en effet 69.2% des MC et 25% des PR. Ce phénomène de «plafond de verre» est reconnu par les spécialistes de la question du genre, à la fois pour le milieu de l’entreprise, mais aussi pour le milieu universitaire. Mais encore faut-il en faire prendre conscience aux différent.e.s acteurs et actrices de l’Université pour faire évoluer les choses. »

Article complet sur  Libération


Responses

  1. Comme dit à la fin du texte, il faut que les femmes agissent pour faire valoir leurs droits car ce ne sont pas leurs collègues masculins qui vont forcément s’en préoccuper.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :