Publié par : isabrina13 | 10 mars 2012

Marilyne Boileau : « C’est un avantage d’être une femme de sciences


Marilyne Boileau, 22 ans est actuellement étudiante en ingénierie électrique à l’École de Technologie Supérieure de Montréal, au Canada. Elle nous donne sa vision d’étudiante outre atlantique.  Elle a accepté de répondre à nos questions…

Tu es lauréate du prix Chapeau les Filles (Canada). Peux-tu nous expliquer ce que c’est  ?


Chapeau les Filles est un concours pour les jeunes étudiante dans un domaine non traditionnel. Le but est de les encourager dans la poursuite de leur cheminement malgré les difficultés qu’elles peuvent rencontrer dans un milieu d’homme.

A quelles difficultés une étudiante en science peut-elle être confrontée sur le continent Américain ?


Les jeunes filles scientifiques font parfois face à un certain sexisme, malgré leur connaissance dans leur domaine, certaines personnes hésitent à leur faire confiance pour leur léguer des tâches, puisqu’ils doutent de leur compétence.

À l’école par exemple, lors des séances de laboratoire en équipe, il n’est pas rare qu’on ne leur laisse faire aucune manipulation, mais qu’elles doivent rédiger le rapport de laboratoire parce que, soit disant, elles font moins de fautes.

Tu as intégré l’ETS à Montreal. Peux-tu nous parler de ton école ? Y a-t-il beaucoup de filles ? Quelles relations as-tu avec les garçons ?

L’École de technologie supérieure rassemble près de 25% des étudiants en ingénierie au Québec, c’est donc l’une des plus grandes. Cependant, il n’y a qu’une proportion de 10% de filles.

Heureusement pour moi, je n’ai jamais eu trop de difficulté à créer des liens d’amitié avec des garçons. Par contre, il n’est pas rare que des amitiés homme/femme entrainent des mélanges émotionnels  entre l’amitié et l’amour, ce qui complique parfois les choses.

Penses-tu que cela soit un avantage ou un inconvénient d’être une fille dans un domaine scientifique et technique majoritairement masculin ?

Personnellement, je considère cela comme un avantage, puisque faisant partie d’ une minorité, j’apporte parfois une vision complètement différente de ce que la majorité des gens en classe pensaient.  Aussi, la compétitivité est moins grande entre filles puisque nous ne sommes pas nombreuses.

Interview réalisée par isabrina13


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :