Publié par : reilly2002 | 30 janvier 2012

Le casse-tête d’après bac: pourquoi j’ai choisi une prépa intermédaire


Pour les lycéens, on entre dans la période des vœux pour définir quel troisième cycle intégrer après le bac. Pas simple. Parmi les guides qui se proposent d’aider les futurs bachelières, le magazine Challenges publie chaque année le classement des différentes prépas.

Je me suis retrouvée confrontée à ce choix, il y a une dizaine d’années. Je suis restée perplexe devant les choix offerts comme devant le classement de Challenges.

Je voulais alors intégrer une école d’ingénieurs et je m’étais alors posée pas mal de questions. « Qu’est-ce-que signifie ce classement ? Faut-il aller vers une classe prépa ou vers la fac ? Qu’est-ce qu’on fait après tel ou tel cursus… »

Voilà quelles ont été mes réflexions et mes réponses de l’époque.

–  La fac…Hum, ce n’est pas pour moi. J’ai besoin d’être encadrée et qu’on me pousse à travailler car je ne suis pas vraiment moteur dans mes études… Et puis intégrer directement une école d’ingénieurs, est ce que c’est seulement possible ?

– Ne restait alors que la prépa. Avec sa réputation assez dure et son classement un peu flou, selon Challenges. Trois niveaux: 1, 2,  3 (1 étant la meilleure note)  correspondant par exemple à Ginette en MP ou Henri IV en PSI en fonction des différentes filières .

Je me suis demandée comment était déterminé ce classement. En fait, il est basé sur les résultats d’intégration de l’année précédente pour un certain nombre d’écoles prestigieuses ciblées comme l’Ecole Normale Supérieure, Polytechnique ou Centrale Paris. Il faut du coup le prendre avec des pincettes, car d’une part il s’agit de résultats d’étudiants dont le niveau varie d’un an sur l’autre, et d’autre part c’est un pourcentage par rapport aux effectifs de la prépa.

Aussi ce n’est pas parce que l’on intègre une prépa classée en niveau 1 une année donnée que l’on est sûr d’intégrer une super école, surtout qu’il faut tenir les 2 années. Je me suis posée la question: Est-ce qu’il vaut mieux, du point de vue du moral, être la dernière d’une prépa de type 1 ou alors s’épanouir dans une prépa de type 2 ?

Par ailleurs, on entend toujours pas mal d’histoires sur les prépas, par exemple, si on est absent, personne ne va vous prêter ses cours…Je pense qu’il faut en finir avec ce type de mentalité. Tout dépend des personnes que l’on va rencontrer, il va forcément y en avoir qui sont dans la compétition (je les plains un peu) et d’autres qui seront comme vous, super coopératifs (on a quand même besoin de soutien pour supporter le rythme intense).

Finalement, j’ai fait le choix d’une prépa de type 2 mais je me suis surtout basée sur l’éloignement de l’école, car je pense que c’est un point crucial. On peut finir tard et commencer très tôt, donc je pense qu’il est préférable de ne pas avoir plus d’une heure de transport si possible.

Je ne regrette absolument pas ce choix car je me suis faite des amis que je revois toujours aujourd’hui.

Après, il faut savoir qu’on peut toujours changer d’orientation. Il existe des passerelles entre les prépas et la fac et surtout des admissions parallèles vers les écoles d’ingénieurs. Sur ce dernier point, j’essayerai de faire un autre post mais entre temps, je vous conseille vivement de vous renseigner car il y a normalement beaucoup moins de concurrence !


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :