Publié par : allezlesfilles | 13 décembre 2011

Pascale Vicat-Blanc : « Pas d’internat ni d’entraide en prépa »


Lauréate du prix Irène Joliot-Curie en 2011, Pascale Vicat-Blanc a accepté de répondre à nos questions. Titulaire d’un doctorat en informatique. Fondatrice et PDG de la start-up Lyatiss, unique société française développement

Comment avez-vous choisi votre domaine d’études puis de carrière ?

J’ai décidé à 8 ans d être chercheuse en informatique. Parce que c’ était nouveau et mystérieux dans les années 70 . Comme je suis curieuse, je voulais lever tous les secrets et participer à cette invention formidable. Cet outil allait changer nos vies et nous permettre de mieux comprendre qui nous étions. J ai fait ma thèse sur les logiciels de pilotage de robots! C’est de là que je me suis intéressée à la puissance du cerveau humain! La science nous aide à comprendre le monde et nous mêmes.

Quels sont les obstacles que vous avez rencontrés en tant que femme, si vous en avez rencontrés ?

Pas d’internat et d’entraide en prépa. Des profs qui me trouvaient trop intuitive et trop sensible pour des études scientifiques! Mais tout cela m’ a au contraire stimulée. Le résultat, c’est que l’équilibre du cerveau droit ( synthèse sensibilité) et cerveau gauche (rationnel, analyse) a été ma clé pour réussir et être bien dans ma peau.

Que souhaitez-vous faire aujourd’hui pour motiver d’autres jeunes filles et jeunes femmes scientifiques, pour les encourager ?

Témoigner et vivre passionnément mon métier. Montrer que ce qui compte est de ne jamais s’arrêter au premier obstacle ou au premier échec. Tout se surmonte! Qu il faut toujours se faire confiance, savoir demander de l’aide et tendre la main. Que tous les chemins sont possibles pour arriver à s’épanouir et se réaliser. Que les filles ont plein d’atouts et surtout celui d’ être bosseuses et efficaces. Et que ça, c’est connu et reconnu dans les entreprises et dans les laboratoires.

Que les filles sont très responsables et professionnelles : donc on peut et on devrait plus souvent leur confier des responsabilités! Qu’ elles résistent mieux à la pression et qu’elles peuvent prendre des risques !

Lorsque vous faisiez vos études, comment se passaient les relations avec les garçons de votre promotion (compétition, entraide, différence de comportements, …) ?

La compétition est partout. Fille ou garcon. C’est juste une donnée du problème. Dans mes études et ma carrière je n ai pas souffert du machisme. Les gens intelligents travaillent avec vous parce que vous avez un intérêt partage pour le même sujet.

Lorsque vous intervenez dans des congrès scientifiques et si la majorité des intervenants et/ou des participants sont des hommes, comment le vivez vous?

C’ est toujours le cas. Je travaille avec 95 % d hommes! Mais je ne m’ en rends pas compte. On a la même passion! Je ne cache pas que je me régale à traiter des sujets les moins féminins qu’ il soit devant une assemblée masculine. C’est juste la première fois qui est impressionnante.!

Interview réalisée par asabrina19, Floreweg, et Fatiane


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :